• Cycle 2

    La sensibilité : soi et les autres

    Objectifs de formation

    1. Identifier et exprimer en les régulant ses émotions et ses sentiments.

    2. S'estimer et être capable d'écoute et d'empathie.

    3. Se sentir membre d'une collectivité.

    Connaissances, capacités et attitudes visées

    Objets d'enseignement

    Exemples de pratiques en classe, à l'école, dans l'établissement

    1/a - Identifier et partager des émotions, des sentiments dans des situations et à propos d'objets diversifiés : textes littéraires, œuvres d'art, la nature, débats portant sur la vie de la classe.

     

     

    - Connaissance et reconnaissance des émotions de base (peur, colère, tristesse, joie).

    - Connaissance et structuration du vocabulaire des sentiments et des émotions.

    - Expérience de la diversité des expressions des émotions et des sentiments.

    - Apprendre les techniques des « messages clairs » pour exprimer ses émotions vis-à-vis de ses pairs.

     

    - Jeu théâtral, mime.

     

    - Les langages de l'art : expression artistique et littéraire des émotions.

     

    - Les conseils d'élèves.

     

    -  Arts visuels : le portrait et l'autoportrait (connaissance de soi et des autres).

     

    - Prendre conscience de son corps et du corps des autres à travers des activités de danse.

     

    - Les racismes : avec des supports créés par des fondations et associations agréées par le ministère de l'éducation nationale.

     

    - La situation de handicap et la pratique de l'inclusion scolaire.

     

    - Arts visuels : Marianne, le drapeau national dans les œuvres d'art.

     

    - Coopérer au sein d'un projet de classe.

     

    - Accepter le partage des tâches dans des situations de recherche (grammaire, conjugaison, mathématiques...), de coopération (EPS, éducation musicale, arts visuels...) ou d'expérimentation (sciences).

     

    - Chanter, en comprenant le contexte de leur écriture, quelques couplets de La Marseillaise.

     

    1/b - Se situer et s'exprimer en respectant les codes de la communication orale, les règles de l'échange et le statut de l'interlocuteur.

    - Travail sur les règles de la communication.

    2/a - Prendre soin de soi et des autres.

    - Le soin du langage : langage de la politesse.

    - Le soin du corps, de l'environnement immédiat et plus lointain.

    - Le soin des biens personnels et collectifs.

    - L'intégrité de la personne.

    2/b- Accepter les différences.

     

    - Le respect des pairs et des adultes. Les atteintes à la personne d'autrui (racisme, antisémitisme, sexisme, xénophobie, homophobie, harcèlement...).

    - Le respect des différences, interconnaissance, tolérance.

    - La conscience de la diversité des croyances et des convictions.

    3/a - Identifier les symboles de la République présents dans l'école.

    - Connaître les valeurs et reconnaître les symboles de la République française : le drapeau, l'hymne national, les monuments, la fête nationale.

    3/b- Apprendre à coopérer.

    - Initiation aux règles de la coopération.

     

    Le droit et la règle : des principes pour vivre avec les autres

    Objectifs de formation

    1. Comprendre les raisons de l'obéissance aux règles et à la loi dans une société démocratique.

    2. Comprendre les principes et les valeurs de la République française et des sociétés démocratiques.

    Connaissances, capacités

     et attitudes visées

    Objets d'enseignement

    Exemples de pratiques en classe, à l'école, dans l'établissement

    1/a - Adapter sa tenue, son langage et son comportement aux différents contextes de vie et aux différents interlocuteurs.

    - Initiation à la distinction des registres de langue.

    - Élaboration des règles de vie de classe avec les élèves.

     

    - Participation des élèves à l'élaboration des règles de la cour de récréation.

     

    - Discussion à visée philosophique : les droits et les devoirs de l'élève.

     

    - Conseils d'élèves (sens des règles, des droits et des obligations, sens des punitions et des sanctions).

     

    - Discussion à visée philosophique : l'égalité de tous - élèves ou citoyens - devant la loi.

     

    - Les droits égaux des garçons et des filles dans toutes les situations de la vie scolaire.

     

     

    1/b - Respecter les autres et les règles de la vie collective. Participer à la définition de règles communes dans le cadre adéquat.

     

    - Les règles de vie de la classe et de l'école.

     

    - Les droits et les devoirs de l'enfant et de l'élève (la charte d'usage des Tuic de l'école (B2i-1), la Convention internationale des droits de l'enfant (Cide) : art. 2, 6, 9.

    1/c - Comprendre que la règle commune peut interdire, obliger, mais aussi autoriser.

     

    1/d- Connaître ses droits et les moyens de les faire valoir.

    - Initiation au code de la route et aux règles de prudence, en lien avec l'attestation de première éducation à la route (Aper).

     

    - Les différents contextes d'obéissance aux règles, le règlement intérieur, les sanctions.

    1/e- Comprendre qu'il existe une gradation des sanctions et que la sanction est éducative (accompagnement, réparation...).

     

    - Initiation au vocabulaire de la règle et du droit (règle, règlement, loi...).

    2/- Connaître quelques principes et valeurs fondateurs d'une société démocratique.

     

     

     

     

     

    - Les valeurs : la liberté, l'égalité, la laïcité.

    - L'égalité de droit entre les femmes et les hommes.

    - Les droits et les devoirs : de la personne, de l'élève, du citoyen (initiation) ; la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789, art. 1, 4, 6.


    Le jugement : penser par soi-même et avec les autres

    Objectifs de formation

    1. Développer les aptitudes à la réflexion critique : en recherchant les critères de validité des jugements moraux ; en confrontant ses jugements à ceux d'autrui dans une discussion ou un débat argumenté.

    2. Différencier son intérêt particulier de l'intérêt général.

    Connaissances, capacités et attitudes visées

    Objets d'enseignement

    Exemples de pratiques en classe, à l'école, dans l'établissement

    1/a Exposer une courte argumentation pour exprimer et justifier un point de vue et un choix personnels.

    - Le choix, sa justification.

    - Connaissance de quelques structures simples de l'argumentation (connecteurs et lexique).

    - Les raisons qui font juger une action bonne ou mauvaise.

    - Approche du juste, de l'injuste, du bien, du mal à partir de récits (mythes, contes) ou de situations de la vie de la classe.

     

    - Dilemmes moraux adaptés à l'âge des enfants.

     

    - Pratique de la discussion à visée philosophique autour de situations mettant en jeu des valeurs personnelles et collectives, des choix, ou à partir de situations imaginaires.

     

    - Approche des préjugés et des stéréotypes à partir de situations de la vie de la classe ou de situations imaginaires tirées de récits, de contes ou d'albums de littérature de jeunesse. Organisation de débats réglés sur ces situations.

     

    - Approche de la notion de laïcité à travers des exemples vécus ou des récits.

     

    - Exercices de clarification des valeurs.

     

    - Expression sur Internet.

    1/b- S'affirmer dans un débat sans imposer son point de vue aux autres et accepter le point de vue des autres.

    - Les règles de la discussion en groupe (écoute, respect du point de vue de l'autre, recherche d'un accord...). Initiation aux règles du débat.

    - Initiation à l'argumentation.

    - Les préjugés et les stéréotypes.

    1/c- Aborder la laïcité comme liberté de penser et de croire ou de ne pas croire.

    - Initiation aux différences entre penser, croire et savoir.

    2/ - Différencier son intérêt particulier de l'intérêt général.

    - La notion de bien commun dans la classe et dans l'école.

    - Les valeurs personnelles et collectives.

     


    L'engagement : agir individuellement et collectivement

    Objectifs de formation

    1. S'engager et assumer des responsabilités dans l'école et dans l'établissement.

    2. Prendre en charge des aspects de la vie collective et de l'environnement et développer une conscience citoyenne, sociale et écologique.

    Connaissances, capacités et attitudes visées

    Objets d'enseignement

    Exemples de pratiques en classe, à l'école, dans l'établissement

    1/a - Respecter les engagements pris envers soi-même et envers les autres.

    S'impliquer dans la vie scolaire (actions, projets, instances...).

     

    - L'engagement moral : la confiance, la promesse, la loyauté.

    - Sensibiliser les élèves à quelques grandes figures féminines et masculines de l'engagement (scientifique, humanitaire...).

     

    - Associer les élèves à l'élaboration et à la mise en œuvre de projets.

     

    - Engager les élèves dans des projets de concours proposés par l'éducation nationale

     

    - Encourager les conduites d'entraide, par exemple le tutorat entre pairs, la coopération, la médiation par les pairs.

     

    - Valoriser la prise de responsabilité dans la classe, l'école.

     

    - Engager la classe dans des actions de solidarité ou en faveur de l'environnement.

     

    - Favoriser les conduites altruistes, notamment dans le cadre du parcours citoyen.

    1/b - Réaliser un projet collectif (projet de classe, d'école, communal, national...).

     

     

    1/c - Coopérer en vue d'un objectif commun.

    - La coopération, l'entraide.

     

    1/d - Expliquer en mots simples la fraternité et la solidarité.

    - Les valeurs : la fraternité, la solidarité.

    2/a - Prendre des responsabilités dans la classe et dans l'école.

     

     

     

     

    - La participation démocratique.

    - La responsabilité.

    - Le développement durable.

     

    2/b - S'impliquer progressivement dans la vie collective à différents niveaux.

     

    - Le secours à autrui : sens du discernement, en lien avec le dispositif et l'attestation « apprendre à porter secours » (APS).

     


     

    Cycle 3

    La sensibilité : soi et les autres

    Objectifs de formation

    1. Identifier et exprimer en les régulant ses émotions et ses sentiments.

    2. S'estimer et être capable d'écoute et d'empathie.

    3. Se sentir membre d'une collectivité.

    Connaissances, capacités et attitudes visées

    Objets d'enseignement

    Exemples de pratiques en classe, à l'école, dans l'établissement

    1/a - Partager et réguler des émotions, des sentiments dans des situations et à propos d'objets diversifiés : textes littéraires, œuvres d'art, documents d'actualité, débats portant sur la vie de la classe.

    - Diversité des expressions des sentiments et des émotions dans différentes œuvres (textes, œuvres musicales, plastiques...)

    - Maitrise des règles de la communication.

    - Jeu théâtral, mime.

     

    - Jeux de rôle.

     

    - Activités de langage : langage de situation, langage d'évocation.

     

    - Les langages de l'art : expression artistique et littéraire des sentiments et des émotions.

     

    - Le respect du corps entre les filles et les garçons en EPS et dans toutes les activités scolaires, en lien avec l'éducation affective et sexuelle.

     

    - Les mécanismes du harcèlement et leurs conséquences.

     

    - Discussion à visée philosophique sur le thème de la tolérance ou sur le thème de la moquerie.

     

    - La tolérance (en lien avec le programme d'histoire).

     

    - Étude dans les différents domaines disciplinaires de la diversité des cultures et des religions.

     

    - L'attestation « apprendre à porter secours » (APS).

     

    - Les différentes interprétations de La Marseillaise (éducation musicale).

     

    - Les représentations artistiques des symboles de la République.

     

    - Partager les tâches dans des situations de recherche (grammaire, conjugaison, mathématiques...), de coopération (EPS, éducation musicale, arts visuels et arts plastiques...) ou d'expérimentation (sciences).

     

    - Coopérer au sein de la classe ou de l'école.

    1/b - Mobiliser le vocabulaire adapté à leur expression.

    - Connaissance et structuration du vocabulaire des sentiments et des émotions.

    2/a - Respecter autrui et accepter les différences.

     

    - Respect des autres dans leur diversité : les atteintes à la personne d'autrui (racisme, antisémitisme, sexisme, xénophobie, homophobie, harcèlement...).

    - Respect des différences, tolérance.

    - Respect de la diversité des croyances et des convictions.

    - Le secours à autrui.

     

    2/b - Manifester le respect des autres dans son langage et son attitude.

     

     

    - Le soin du langage : le souci d'autrui dans le langage, notamment la politesse.

    - Le soin du corps, de l'environnement immédiat et plus lointain.

    - Le soin des biens personnels et collectifs.

    - L'intégrité de la personne.

     

    3/a - Comprendre le sens des symboles de la République.

     

    3/b - Coopérer.

    - Valeurs et symboles de la République française et de l'Union européenne.

    - Savoir travailler en respectant les règles de la coopération.

     

    Le droit et la règle : des principes pour vivre avec les autres

    Objectifs de formation

    1. Comprendre les raisons de l'obéissance aux règles et à la loi dans une société démocratique.

    2. Comprendre les principes et les valeurs de la République française et des sociétés démocratiques.

    Connaissances, capacités et attitudes visées

    Objets d'enseignement

    Exemples de pratiques en classe, à l'école, dans l'établissement

    1/a - Comprendre les notions de droits et devoirs, les accepter et les appliquer.

     

     

    - Les droits et les devoirs : de la personne, de l'enfant, de l'élève, du citoyen.

    - Le code de la route : initiation au code de la route et aux règles de prudence, en lien avec l'attestation de première éducation à la route (Aper).

    - Le vocabulaire de la règle et du droit (droit, devoir, règle, règlement, loi).

    - Les différents contextes d'obéissance aux règles, le règlement intérieur, les sanctions.

    - EPS : jeux et sports collectifs.

     

    - Conseils d'élèves, débats démocratiques.

     

    - Définir et discuter en classe les règles du débat ou celles du conseil d'élèves.

     

    - Conseils d'élèves (sens des règles, des droits et des obligations, sens des punitions et des sanctions).

     

    - Le handicap : discussion à visée philosophique. La loi sur le handicap de 2005.

     

    - Discussion à visée philosophique sur les valeurs et les normes.

     

    - Exercices de hiérarchisation et de clarification des valeurs.

     

    - Analyse de certains stéréotypes sexués à travers des exemples pris dans des manuels ou des albums de littérature de jeunesse ou le cinéma.

     

    - La citoyenneté municipale : comprendre les différents domaines d'action de la commune.

     

    - Réflexion et débats sur les articles 1, 4, 6, 9, 11 de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789.

     

    - Convention internationale des droits de l'enfant.

     

    - Le droit à l'éducation.

     

    - Les institutions à travers leurs textes fondateurs et leur histoire.

     

    1/b - Respecter tous les autres et notamment appliquer les principes de l'égalité des femmes et des hommes.

    - L'égalité entre les filles et les garçons.

    - La mixité à l'école.

    - L'égalité des droits et la notion de discrimination.

    2/a- Reconnaître les principes et les valeurs de la République et de l'Union européenne.

     

     

     

     

    - Les principes de la démocratie représentative en France et en Europe.

    - Les valeurs : la liberté, l'égalité, la laïcité.

    2/b - Reconnaître les traits constitutifs de la République française.

    - Le vocabulaire des institutions.

    - Le fondement de la loi et les grandes déclarations des droits.

    - La notion de citoyenneté nationale et européenne (l'identité juridique d'une personne).


    Le jugement : penser par soi-même et avec les autres

    Objectifs de formation

    1. Développer les aptitudes à la réflexion critique : en recherchant les critères de validité des jugements moraux ; en confrontant ses jugements à ceux d'autrui dans une discussion ou un débat argumenté.

    2. Différencier son intérêt particulier de l'intérêt général.

    Connaissances, capacités et attitudes visées

    Objets d'enseignement

    Exemples de pratiques en classe, à l'école, dans l'établissement

    1/a- Prendre part à une discussion, un débat ou un dialogue : prendre la parole devant les autres, écouter autrui, formuler et apprendre à justifier un point de vue.

    - Le choix, sa justification.

    - Connaissance et reconnaissance de différents types d'expression (récit, reportage, témoignage).

    - Les règles de la discussion en groupe (écoute, respect du point de vue de l'autre, recherche d'un accord...).

    - Approche de l'argumentation.

    - Le débat argumenté.

    - Initiation au débat démocratique.

    - Les critères du jugement moral : le bien et le mal, le juste et l'injuste.

    - Exercice du jugement critique : à partir de faits issus de la vie de la classe, de l'école et hors l'école en vue de lutter contre les préjugés (racisme, sexisme, homophobie...).

     

    - Approche de la notion de « stéréotype » à partir de situations de la vie de la classe ou de situations imaginaires tirées de récits, de contes ou d'albums de littérature de jeunesse.

     

    - Organisation de débats réglés sur ces situations.

     

    - Éducation aux médias, dont la participation à la Semaine de la presse et des médias (Clémi).

     

    - Pluralité des regards sur l'enfance dans l'espace et le temps.

     

    - Analyse des faits, confrontation des idées, à travers la démarche de résolution de problèmes et la démarche d'investigation (par exemple en EPS, en sciences, dans les enseignements et l'éducation artistiques).

     

    - Entraînement à l'argumentation et au débat argumenté : maîtrise de la langue, maîtrise des connecteurs et du lexique.

     

    - Exercices de clarification des valeurs du point de vue de l'intérêt général et du sien propre.

     

    - Réflexion sur l'intérêt général et l'intérêt particulier à partir de récits mettant en scène des héros de la littérature, de l'histoire ou de la mythologie.

     

    - Place et rôle de certaines personnalités, hommes ou femmes, dans l'histoire.

     

    - Travail sur une version adaptée à l'âge des élèves de la Charte de la laïcité.

    1/b- Nuancer son point de vue en tenant compte du point de vue des autres.

    - Les préjugés et les stéréotypes (racisme, antisémitisme, sexisme, homophobie).

    1/c- Comprendre que la laïcité accorde à chacun un droit égal à exercer librement son jugement et exige le respect de ce droit chez autrui.

    - La laïcité comme liberté de penser et de croire ou de ne pas croire à travers la Charte de la laïcité à l'école.

    - La distinction entre croyances et opinions.

    1/d- Prendre conscience des enjeux civiques de l'usage de l'informatique et de l'Internet et adopter une attitude critique face aux résultats obtenus.

    - Le jugement critique : traitement de l'information et éducation aux médias

    - Responsabilisation à l'usage du numérique en lien avec la charte d'usage des Tuic.

    2/- Distinguer son intérêt personnel de l'intérêt collectif.

    - La notion de bien commun dans la classe, l'école et la société.

    - Les valeurs personnelles et collectives.

    - Valeurs et institutions : la devise de la République (Liberté, Égalité, Fraternité).

    - Le sens républicain de la nation.

    - Les libertés fondamentales.

    - La laïcité.

    - Les valeurs de l'Union européenne.

     

    L'engagement : agir individuellement et collectivement

    Objectifs de formation

    1. S'engager et assumer des responsabilités dans l'école et dans l'établissement.

    2. Prendre en charge des aspects de la vie collective et de l'environnement et développer une conscience citoyenne, sociale et écologique.

    Connaissances, capacités et attitudes visées

     Objets d'enseignement

    Exemples de pratiques en classe, à l'école, dans l'établissement

    1/a - S'engager dans la réalisation d'un projet collectif (projet de classe, d'école, communal, national...).

     

    - L'engagement moral (la confiance, la promesse, la loyauté, l'entraide, la solidarité).

    - Le secours à autrui : prendre des initiatives, en lien avec le dispositif et l'attestation « apprendre à porter secours » (APS).

    - Le code de la route : sensibilisation à la responsabilité en lien avec l'attestation de première éducation à la route (Aper).

    - Débat sur le rôle de la confiance et du respect de ses engagements dans la vie sociale.

     

    - Les principes du vote démocratique dans les conseils d'élèves.

     

    - L'engagement : sensibiliser les élèves à quelques grandes figures féminines et masculines de l'engagement (scientifique, politique, humanitaire...).

     

    - Étude du préambule de la Constitution de 1946.

     

    - Travail sur le rôle des associations.

    1/b - Pouvoir expliquer ses choix et ses actes.

    - La responsabilité de l'individu et du citoyen dans le domaine de l'environnement, de la santé.

    2/a - Savoir participer et prendre sa place dans un groupe.

     

    - La participation démocratique.

    - Le vote.

    - Les acteurs locaux et la citoyenneté.

    2/b- Expliquer en mots simples la fraternité et la solidarité.

    - La solidarité individuelle et collective.

    - La fraternité dans la devise républicaine.


     

     

    Source : education.gouv.fr


    votre commentaire
  • Transmettre des valeurs d’égalité et de respect entre les filles et les garçons, les femmes et les hommes, est une des missions essentielles de l’école, au fondement de la réussite de tous les élèves, les filles comme les garçons.

    En effet, les inégalités de traitement, de réussite scolaire, d’orientation et de carrière professionnelle demeurent bien réelles entre filles et garçons. Les pratiques ordinaires dans la classe constituent des phénomènes souvent sexués, sans que les enseignants, l’ensemble des acteurs de l’éducation, les élèves et leurs familles en aient nécessairement conscience. Pour les élèves, interagir entre pairs, partager espaces et activités ; pour les enseignants, donner la parole, évaluer, sanctionner ou récompenser, orienter, obéit à des représentations le plus souvent implicites sur les compétences supposées des unes et des autres. Ces représentations, qui relèvent souvent de préjugés et stéréotypes profondément ancrés, peuvent être la source directe de discriminations.

    C’est l’objectif du dispositif « ABCD de l’égalité » que d’agir dès l’école primaire pour lutter contre la formation de ces inégalités dès le plus jeune âge, en agissant sur les représentations des élèves et les pratiques des acteurs de l’éducation. Il offre aux enseignants des outils et des ressources pour aider à la prise de conscience des préjugés, dans et hors la classe, et transmettre une culture de l’égalité entre les sexes.

    L’expérimentation « ABCD de l’égalité » est menée conjointement par le ministère de l’Éducation nationale et le ministère des Droits des femmes, en partenariat avec le CNDP. Elle est déployée dans plus de 600 classes de dix académies volontaires : Bordeaux, Clermont-Ferrand, Créteil, Corse, Guadeloupe, Lyon, Montpellier, Nancy-Metz, Rouen, Toulouse. Une généralisation est prévue en septembre 2014, après évaluation des premiers résultats.

    Le dispositif expérimental « ABCD de l’égalité » se déclinera selon les modalités et le calendrier qui suivent :

    • formation des formateurs et des formatrices : inspecteurs et inspectrices de l’Éducation nationale (IEN), conseillers et conseillères pédagogiques de circonscription (CPC) – session de formation académique (1 journée) pilotée par le chargé ou la chargée de mission académique « égalité filles-garçons » (septembre à Toussaint 2013) ;
    • sensibilisation des enseignants et des enseignantes du premier degré dans le cadre du plan de formation de proximité (1/2 journée) et accompagnement tout au long du déploiement selon des modalités définies au sein de chaque circonscription du premier degré (septembre à Toussaint 2013) ;
    • expérimentation et accompagnement des enseignants et des enseignantes dans les classes par les IEN/CPC (Toussaint 2013 à fin mars 2014) ;
    • évaluation du dispositif en vue de sa généralisation (avril à juin 2014).

    L’éducation à l’égalité et au respect entre filles et garçons s’inscrit dans les objectifs du Socle commun de connaissances, de compétences et de culture. Elle doit être mise en œuvre dans une approche transversale qui engage l’ensemble des matières enseignées et des activités vécues.

    Pour répondre aux interrogations des enseignants, un site internet de l’ABCD de l’égalité, conçu par le CNDP en lien avec le ministère de l’Éducation nationale (DGESCO) et le ministère du Droit des femmes (DGCS-SDFE), ainsi qu’une animation nationale sont prévus. Le site internet a une triple ambition :

    • valoriser et diffuser les références et les documents existants ;
    •  faciliter la production et le partage de nouvelles ressources pour les classes par les équipes pédagogiques et les élèves ;
    • encourager le travail collaboratif et renforcer les échanges autour des pratiques professionnelles en faveur de l’égalité filles-garçons.

     

    Site internet : http://www.cndp.fr/ABCD-de-l-egalite/

     

    Autre article sur ce sujet extrait du site Internet "Le Café Pédagogique":

    Des Elles et des Ils : Défaire les préjugés chez les petits ? Pas si simple...

    http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2013/11/04112013Article635191344711310738.aspx


    votre commentaire
  • « Dys »… Derrière ces trois lettres sont regroupés différents troubles cognitifs : dyslexies, dysphasies, dyscalculies, dyspraxies, dysorthographies, troubles de l’attention…

    Ces troubles en DYS sont durables et constituent une déficience, en particulier chez l’enfant pour ses accès à l’éducation.

    Voici quelques documents, permettant de comprendre un peu ces troubles ...

    10 questions sur les DYS

    Troubles "dys" chez l'enfant - Guide ressource pour les parents

     

    Voici un site consacré aux troubles des apprentissages :

    Ce site contient des textes, diaporamas, des liens divers vers des vidéos. Tous ces documents traitent des DYS, c'est-à-dire des troubles spécifiques cognitifs ou d'apprentissages chez l'enfant.

    https://sites.google.com/site/dralainpouhet/

     

    Source : http://www.inpes.sante.fr


    votre commentaire
  • Si la question des élèves intellectuellement précoces n'est pas nouvelle pour l'éducation nationale, elle a été mise en évidence à partir de la problématique particulière des élèves intellectuellement précoce qui sont en difficultés d'apprentissage.

    Voici quelques documents sur ce thème :

    Mieux le connaitre pour mieux le scolariser

    Scolariser les enfants intellectuellement précoces

     

    BO n°38 du 25 octobre 2007 

     

    Source : http://eduscol.education.fr/cid59724/eleves-intellectuellement-precoces.html


    votre commentaire
  • Pour accompagner le développement de la scolarisation des élèves handicapés, des guides pratiques à l'usage des enseignants ont été élaborés par l'Institut national supérieur de formation et de recherche pour l'éducation des jeunes handicapés et les enseignements adaptés (INSHEA), à la demande et en liaison avec la direction générale de l'Enseignement scolaire (DGESCO).

    Ces guides constituent une ressource pour les enseignants qui accueillent ces élèves dans leur classe.

    Guide "Scolariser les élèves handicapés"

    Guide "Scolariser les élèves autistes ou présentant des troubles envahissants du développement"

    Guide pour les enseignants qui accueillent un élève présentant une déficience motrice

    Guide pour les enseignants qui accueillent un élève présentant une déficience visuelle

    Guide "Scolariser les élèves sourds ou malentendants"

     

    Documents officiels :

    Guide d'évaluation des besoins de compensation en matière de scolarisation (GEVA-Sco)

    BO n°8 du 19 février 2015 :

    GEVA-SCO Première demande

    GEVA-SCO - Réexamen

     

    Source : eduscol.education.fr - education.gouv.fr


    votre commentaire
  • Le développement de l'accueil des enfants de moins de trois ans à l'école maternelle est un aspect essentiel de la priorité donnée au primaire dans le cadre de la refondation de l'école. La scolarisation d'un enfant de moins de trois ans est une chance pour lui et sa famille lorsqu'elle correspond à ses besoins et se déroule dans des conditions adaptées. Elle constitue une toute première étape de son parcours scolaire.

     

    Favoriser la réussite scolaire

    La scolarisation précoce est un moyen efficace pour favoriser la réussite scolaire des enfants dont la famille est éloignée de la culture scolaire pour des raisons sociales, culturelles ou linguistiques. Elle doit être développée en priorité dans les écoles situées dans un environnement social défavorisé, que ce soit dans les zones urbaines, rurales et de montagne ou dans les départements et régions d'outre-mer.

     

    Réussir la prise en charge

    La réussite de la prise en charge de ces jeunes enfants nécessite des précautions particulières :

    • prendre en compte les repères concernant le développement physique, moteur, affectif et social de l'enfant et les besoins liés à son âge ;
    • créer et maintenir des relations de confiance avec les parents, condition indispensable à une intégration réussie à l'école ;
    • traiter les questions d'organisation à prévoir, s'agissant de la scolarisation des tout-petits (disposition des locaux et équipement, conditions d'encadrement, distribution des sections dans les classes de l'école, déroulement de la journée).

     

    Assurer la qualité des solutions d'accueil

    Les solutions d'accueil pour ces très jeunes élèves, qui passeront quatre ans à l'école maternelle, ne peuvent consister uniquement en une scolarisation dans les formes traditionnelles. Les projets d'accueil et de scolarisation des enfants de moins de trois ans prennent en compte l'analyse des besoins, l'implantation des locaux, les matériels spécifiques, l'adaptation possible des rythmes scolaires. La qualité de la prise en charge éducative s'appuie sur la collaboration avec les collectivités territoriales et les services en charge de la petite enfance (CAF, PMI...). 

     


    10 principes pour la mise en place de dispositifs d'accueil et de scolarisation des enfants de moins de trois ans :

    1 - La scolarisation des enfants de moins de trois ans concerne les enfants dès l'âge de deux ans, ce qui peut conduire à un accueil différé au-delà de la rentrée scolaire en fonction de la date anniversaire de l'enfant.

    2 - La solarisation des enfants de moins de trois ans nécessite un local adapté, ou une adaptation des locaux et un équipement en matériel spécifique, définis en accord avec la collectivité compétente.

    3 - La structure mise en place accueille prioritairement des enfants du secteur de l'école où elle est implantée.

    4 - Le projet pédagogique et éducatif est inscrit au projet d'école. Lorsqu'un dispositif d'accueil est implanté hors des locaux d'une école maternelle, il est inscrit au projet de l'école de laquelle il dépend.

    5 - Le projet pédagogique est présenté aux parents. Dans les secteurs les plus défavorisés un travail avec les partenaires locaux concernés est déterminant.

    6 - Le projet pédagogique et éducatif prévoit explicitement les modalités d'accueil et de participation des parents à la scolarité de leur enfant.

    7 - Les horaires d'entrée et de sortie le matin et l'après-midi peuvent être assouplis par rapport à ceux des autres classes, en conservant toutefois un temps significatif de présence de chaque enfant selon une organisation régulière, négociée avec les parents qui s'engagent à la respecter.

    8 - Dans les écoles qui les scolarisent, les enfants de moins de trois ans sont comptabilisés dans les prévisions d'effectifs de rentrée.

    9 - Les enseignants qui exercent dans ces structures reçoivent une formation dont certaines actions peuvent être communes avec les personnels des collectivités territoriales. Ces formations concernent l'ensemble des membres de l'équipe d'école pour maîtriser les connaissances et compétences spécifiques à la scolarisation des moins de trois ans.

    10 - Les formateurs, et notamment les conseillers pédagogiques des circonscriptions concernées par ces dispositifs, suivront une formation adaptée au niveau départemental ou académique pour faciliter l'accompagnement des équipes dans la définition et la mise en œuvre de leur projet.

     

     

    Scolarisation des enfants de moins de trois ans

    Circulaire n° 2012-202 du 18-12-2012

     

    Source : http://eduscol.education.fr


    votre commentaire
  • Punitions et sanctions : Qu'est-ce qui est autorisé et qu'est-ce qui ne l'est pas ?

    Voici ce que l'on peut lire dans la Circulaire du 6 juin 1991 :

    " (...) 3.2. RÉCOMPENSES ET SANCTIONS

    Le règlement type départemental peut prévoir des mesures d'encouragement au travail et des récompenses.

    3.2.1. École maternelle

    L'école joue un rôle primordial dans la scolarisation de l'enfant : tout doit être mis en œuvre pour que son épanouissement y soit favorisé. C'est pourquoi aucune sanction ne peut être infligée. Un enfant momentanément difficile pourra, cependant, être isolé pendant le temps, très court, nécessaire à lui faire retrouver un comportement compatible avec la vie du groupe. Il ne devra à aucun moment être laissé sans surveillance.

    Toutefois, quand le comportement d'un enfant perturbe gravement et de façon durable le fonctionnement de la classe et traduit une évidente inadaptation au milieu scolaire, la situation de cet enfant doit être soumise à l'examen de l'équipe éducative, prévue à l'article 21 du décret n°90-788 du 6 septembre 1990, à laquelle participeront le médecin chargé du contrôle médical scolaire et/ou un membre du réseau d'aides spécialisées.

    Une décision de retrait provisoire de l'école peut être prise par le directeur, après un entretien avec les parents et en accord avec l'inspecteur de l’Éducation nationale.

    Dans ce cas, des contacts fréquents doivent être maintenus entre les parents et l'équipe pédagogique de façon à permettre dans les meilleurs délais sa réinsertion dans le milieu scolaire.

     

    3.2.2. École élémentaire

    Le maître ou l'équipe pédagogique de cycle doit obtenir de chaque élève un travail à la mesure de ses capacités. En cas de travail insuffisant, après s'être interrogé sur ses causes, le maître ou l'équipe pédagogique de cycle décidera des mesures appropriées. Tout châtiment corporel est strictement interdit.

    Un élève ne peut être privé de la totalité de la récréation à titre de punition.

    Les manquements au règlement intérieur de l'école, et, en particulier, toute atteinte à l'intégrité physique ou morale des autres élèves ou des maîtres peuvent donner lieu à des réprimandes qui sont, le cas échéant, portées à la connaissance des familles.

    Il est permis d'isoler de ses camarades, momentanément et sous surveillance, un enfant difficile ou dont le comportement peut être dangereux pour lui-même ou pour les autres.

    Dans le cas de difficultés particulièrement graves affectant le comportement de l'élève dans son milieu scolaire, sa situation doit être soumise à l'examen de l'équipe éducative, prévue à l'article 21 du décret n°90-788 du 6 septembre 1990.

    Le médecin chargé du contrôle médical scolaire et/ou un membre du réseau d'aides spécialisées devront obligatoirement participer à cette réunion.

    S'il apparaît, après une période probatoire d'un mois, qu'aucune amélioration n'a pu être apportée au comportement de l'enfant, une décision de changement d'école pourra être prise par l'inspecteur de l’Éducation nationale, sur proposition du directeur et après avis du conseil d'école. La famille doit être consultée sur le choix de la nouvelle école. Elle peut faire appel de la décision de transfert devant l'inspecteur d'académie, directeur des services départementaux de l’Éducation nationale. (...) "

     

    En savoir plus :

    • Le site académique de Nancy-Metz propose une note documentaire intitulé : Quelles sanctions possibles à l'école maternelle et primaire ? de Bruno Robbes : texte.

    votre commentaire
  • La France située dans le dernier quart des pays de l’OCDE pour ce qui est de l’équité du système éducatif.

    - L’éducation prioritaire permet que le système éducatif soit le même pour tous dans des contextes sociaux différenciés avec la même hauteur d’exigence. -> Lutter contre les inégalités scolaires liées aux origines sociales pour la réussite de tous.

    Concrètement il faut réduire l’écart dans la maîtrise des compétences de base en français et en mathématiques, entre les élèves scolarisés en REP et hors REP à moins de 10%

    • MAP : Modernisation de l’action publique
    • « Plus de maîtres que de classes » ; « - de 3 ans » ; « rythmes scolaires » ; intensification de la lutte contre le décrochage scolaire ; lien avec les parents ; le numérique éducatif.
    • Processus de concertation
    • Diminution du nombre d’élèves par classe 
    • Education Prioritaire = 20 % population scolaire

    - REP (731) = collèges et écoles rencontrant des difficultés sociales significatives.

    - REP+ (350 dont 102 préfigurateurs de la rentrée 2014)= quartiers ou secteurs isolés qui connaissent les plus grandes concentrations de difficultés sur le territoire.

     

    Éducation prioritaire quelques dates clés :

    • 1981 : création des ZEP
    • 1997 : création des  REP (Réseaux d'éducation prioritaire) / ZEP sont rebaptisées "Contrats de réussite"
    • 2006 : les REP renforcés ont été rebaptisés RAR (Réseaux Ambition Réussite) / les autres sont devenus des RRS (Réseaux de Réussite Scolaire).
    • 2010 : Programme CLAIR qui remplace les RAR
    • 2011 : -> ECLAIR (Écoles en plus).

    ECLAIR = difficultés scolaires et sociales. RRS = public plus hétérogène.

    • 2013 : La loi sur la refondation de l’école présente les REP et les REP+.
    • A la rentrée 2014 : 102 REP+ préfigurateurs.
    • A la rentrée 2015: La carte de l’éducation prioritaire a vocation à être revue (puis tous les 4 ans).

    La majorité des ECLAIR deviendront REP+ et la majorité des RRS deviendront des REP.

     

    Orientations actuelles

    La réduction des inégalités sociales et territoriales est  inscrite dans la loi de refondation de l'École de la République du 8 juillet 2013. Elle définit un objectif essentiel : ramener à moins de 10% les écarts de réussite scolaire entre les élèves de l’éducation prioritaire et les autres élèves de France.

    À la suite du rapport de diagnostic de juillet 2013 et de l’organisation des assises de l’éducation prioritaire, la réforme de l'éducation prioritaire a été présentée le jeudi 16 janvier 2014 par Vincent Peillon, ministre de l'éducation nationale, et George Pau-Langevin, ministre déléguée chargée de la réussite éducative.

    Après une phase de préfiguration engagée au cours de l’année 2014/2015 sur une centaine de réseaux parmi les plus difficiles, la refondation de l’éducation prioritaire entrera en vigueur sur l’ensemble des réseaux concernés à la rentrée 2015.

    La refondation de l’éducation prioritaire comprend 14 mesures-clés définies autour de 3 axes : des élèves accompagnés dans leurs apprentissages et dans la construction de leur parcours scolaire, des équipes éducatives formées, stables et soutenues, un cadre propice aux apprentissages. Un référentiel a été élaboré pour permettre aux équipes d’exercer pleinement leur liberté pédagogique en s’appuyant sur des repères solides et fiables issus de l’expertise des personnels, de l’analyse de l’inspection générale et des travaux de recherche.

     

    Axe 1 : Des élèves accompagnés dans leurs apprentissages et dans la construction de leur parcours scolaire

    Mesure 1 - La scolarisation des moins de 3 ans dans chaque réseau

    La scolarisation des enfants avant trois ans a été identifiée comme un puissant levier pour la réussite des élèves, notamment de ceux issus des milieux les moins favorisés.

     

    Mesure 2 - "Plus de maîtres que de classes" dans chaque école

    L’affectation dans une école d’un maître supplémentaire favorise le travail collectif des enseignants et contribue à bien identifier les besoins des élèves et à accompagner leurs apprentissages par des pédagogies différenciées.

     

    Mesure 3 - Un accompagnement continu jusqu’à 16 h 30 pour les élèves de sixième

    Les élèves de sixième bénéficieront d’aide aux devoirs, d’un soutien méthodologique ou d’un tutorat pendant les temps laissés libres entre les heures de cours en étant accueillis dans l’établissement jusqu’à 16h30.

     

    Mesure 4 - L’extension du dispositif D’Col dans tous les collèges de l’éducation prioritaire

    Depuis la rentrée 2013, D’Col propose aux élèves de 6e en difficulté un dispositif numérique innovant d’aide individualisée, de soutien et d’accompagnement en français, en mathématiques et en anglais. Un enseignant référent prend en charge et encadre les élèves deux heures par semaine autour d’activités pédagogiques numériques.

     

    Mesure 5 - Développer l’ambition et la curiosité des élèves pour les aider à construire leur parcours

    Plusieurs dispositifs permettront d’accroître l’ambition scolaire des élèves de l’éducation prioritaire.

     

    Mesure 6 - Le développement d’internats de proximité pour les collégiens

    Les jeunes issus de milieux modestes peuvent avoir besoin de conditions d’hébergement et d’études adaptées pour réussir. Le développement d’internats de proximité, prévu par les investissements d’avenir, doit répondre à ce besoin.

     

    Axe 2 - Des équipes éducatives formées, stables et soutenues

    Mesure 7 - Du temps pour travailler ensemble

    Du temps sera dédié à la formation, au travail en équipe et au suivi des élèves dans les réseaux les plus difficiles :

    • au collège : une heure et demie par semaine ;
    • en primaire : 9 jours par an.

     

    Mesure 8 - Un grand plan de formation continue et d’accompagnement pour l’éducation prioritaire

    • Trois jours de formation annuels garantis dans les réseaux les plus difficiles.
    • Des experts de terrain pour accompagner les équipes.
    • Un tutorat pour les nouveaux enseignants.

     

    Mesure 9 - Des incitations fortes pour stabiliser les équipes

    • Une rémunération plus attractive grâce à des indemnités revalorisées significativement.
    • Un parcours en éducation prioritaire qui sera valorisé dans la carrière.
    • Des affectations ciblées en fonction des besoins locaux et du projet éducatif.

     

    Axe 3 - Un cadre propice aux apprentissages

    Mesure 10 - Des projets de réseau pérennes construits sur la base des meilleures pratiques

    Un référentiel élaboré à l’issue des assises ayant rassemblé l’ensemble des acteurs de l’éducation prioritaire servira de base pour construire des projets de réseaux et faire évoluer les pratiques pédagogiques. Les moyens alloués sur cette base seront garantis pour une durée de 4 ans.

     

    Mesure 11 - Un fonds académique pour financer des actions pédagogiques et l’animation des réseaux

    Les équipes pédagogiques locales bénéficieront de moyens leur permettant d’engager des actions innovantes au service des élèves.

     

    Mesure 12 - Un accueil des parents, chaque matin, pour mieux les associer à la vie de l’école

    Plus encore qu’ailleurs, l’École de la République doit s’ouvrir aux parents d’élèves : plusieurs dispositifs leur permettant de suivre les apprentissages de leurs enfants seront développés.

     

    Mesure 13 - 500 assistants de prévention et de sécurité supplémentaires pour améliorer le climat scolaire

    Les assistants de prévention et de sécurité, mis en place dès la rentrée 2012, ont fait leurs preuves sur le terrain et contribuent à rendre le climat scolaire plus serein. Ils sont formés et participent pleinement à l’équipe de l’établissement.

     

    Mesure 14 - Un infirmier scolaire supplémentaire dédié aux écoles et un assistant social, dans les réseaux les plus difficiles

    Aujourd’hui essentiellement présent(e)s au collège, les infirmier(e)s scolaires ont un rôle essentiel à jouer dans la prévention des risques de santé dès l’école primaire. Les personnels sociaux contribuent, pour leur part, à un meilleur suivi des élèves tout au long de leur scolarité.

     

    Source : http://www.educationprioritaire.education.fr


    votre commentaire
  • Sur le blog dessinemoiunehistoire.net, voici 71 coloriages de peintures célèbres tels que Van Gogh, Paul Cézanne, Henri Matisse ...

    http://dessinemoiunehistoire.net/coloriage-artiste-peintre/

     


    votre commentaire
  • En début d'après-midi, mes élèves entrent en classe dans le silence et s'installent à leur place.

    Avec une musique reposante et un coloriage magique, ils se détendent pour se mettre plus efficacement au travail par la suite.

    Ce temps calme, j'ai pu l'observer chez une PEMF et cela fonctionne très bien.

    Voici quelques coloriages magiques que j'ai créés pour mes GS.

    GS - Coloriages magiques    GS - Coloriages magiques    GS - Coloriages magiques

      GS - Coloriages magiques    GS - Coloriages magiques

    Pin It

    10 commentaires